mercredi 9 juin 2010

Souveraineté et OGM

Depuis quelque temps, je suis plongé dans la lecture d’un auteur Québécois, Jean-Jacques Pelletier. Il écrit de longs romans policier-espionnage à saveur internationale, de Drummondville vers toutes les grandes villes du monde. Un peu catastrophiste, mais j’aime. L’histoire actuelle (La faim de la terre) implique un méchant consortium ‘international’ qui vise à prendre le contrôle de l’industrie alimentaire en trafiquant les productions agricoles (en Chine, en Inde, aux États-Unis, …) et en jouant à la bourse dans les limites de la légalité. Le monopole leur permettra de contrôler la planète. Dans le même espace temps, on réagit à la présence de Mosanto en Ayiti. J’ai reçu plusieurs messages via ce blogue en lien avec cette histoire. Ici, la réaction a été très forte. Près de 10 000 cultivateurs (jusqu’à 20 000 selon certaines estimations) ont pris les rues de Hinche pour dénoncer ce don d’OGM en soulignant les impacts possibles à la biodiversité haïtienne : ‘Il nous faut des semences haïtiennes !’ Le Ministre de l’agriculture et Mosanto ont rapidement réagi pour tenter de rectifier le tir, les semences ne seraient pas des OGM mais des semences hybrides conçues pour ce coin du monde (utilisées en République Dominicaine entre autres). La première surprise pour moi a été le niveau de réaction. WOW ! Entre 8 et 20 milles personnes dans les rues pour une histoire de semences dommageables pour l’environnement et la biodiversité. Dans ce pays où la protection de l’environnement est aussi d’actualité que l’efficacité énergétique des systèmes de chauffage !! L’autre point d’intérêt a été cette question de ‘souveraineté alimentaire’, comme si cette dernière attaque (après les menaces à la souveraineté politique que sont la MINUSTAH et la CIRH) était la goûte qui allait faire déborder le vase. Je me prends même à rêver que les agriculteurs transformeront ce pays dirigé par un agronome…

5 commentaires:

Marico a dit…

Il faut croire qu'en situation difficile, les antennes sont plus performantes! Bravo les paysons aysiens! Peut-être apprend-on au contact de la terre, à mieux repérer les paroles creuses et les promesses vides.
Pas fou du tout, ton idée d'un gouvernant agronome!
Bonne journée!

une semence a dit…

La seule manière pacifique de contrer la présence des semences de Monsanto en Haïti est d'envoyer des semences biologiques et à pollinisation libre. J'ai déja envoyé 15 000$ de ce type de semences
Pour plus d'info: http://1semence1pays.org

MARYBZH a dit…

Bonsoir Jean-François !

J'espère que le bon sens paysan va l'emporter dans la durée et qu'aucune culture de maïs hybride F1 ne sera implantée en Ayiti . Bien sûr , cette variété donnerait de meilleurs rendements mais nécessite plus d'eau, plus d'engrais plus de pesticides , est généralement stérile donc il faut en racheter chaque année ...Le type de cadeau que ferait un dealer de drogue !

Si Monsanto était désintéressé , au lieu de faire un don de 475 tonnes de semences (qui lui coûte une poignée de queues de cerises), il serait plus utile et objectif d'aider à l'optimisation des semences locales (notamment par une meilleure gestion de la conservation) afin de préserver le plus possible la faculté germinative des grains et d'en augmenter les rendements.
C'est un réel problème d'agriculture dans les PAD ; en Haïti , d'avoir un Président agronome ne semble pas apporter plus de clairvoyance , de solutions pratiques sur le terrain...


Merci pour la référence à JJ Pelletier que je découvre , ça me semble un bon livre de chevet !

Air fou a dit…

Grand, très grand merci pour cette précieuse information. C'est justement chez Marico (ci-haut) que j'avais vu cette info, question de réseau.

Demander à Monsanto d'aider l'agronomie libre et diversifiée sans SES herbicides et SES pesticide, c'est comme demander à un tueur fou de se tirer en plein cœur, cette chose qui bat dans la poitrine des vivants, pas des multinationales.

Même si je suis d'accord avec les propos de « une semence », que donnerait encore construire sur une faille...

Oui, construire, LOIN de là. Là comme métaphore au-delà du lieu, aussi.

Encore merci, Zed

MARYBZH a dit…

@ air fou :
Je souhaiterai que vous développiez votre pensée car j'ai un peu de mal à vous à vous suivre sur les 5 dernières lignes de votre billet ....