dimanche 12 décembre 2010

Tout un couple


Je Skypais avec Cetout, il s'ennuie de moi …
- Pas du tout, c'est toi qui m'a téléphoné !
- C'est vrai…
- Ta rencontre avec le Pape a eu lieu ?
- Pas encore. Il ne semble pas vite sur le courriel. J'ai cherché en vain son adresse sur Skype. Je vais aller sonner chez lui ce matin, c'est dimanche, il travaille sûrement.
- Tu ne m'as pas Skypé pour me raconter des niaiseries. J'imagine que tu voulais entendre parler d'Ayiti et de la crise des élections.
- Entendre parler, pas tout à fait. On n'est bien servi sur les sites de nouvelles ici et le net fonctionne à merveille. Je voulais te parler parce que j'ai eu un flash en voyant des mariés se faire photographier au Monument de Vittorio Emanuele II. Pourquoi Martelly et Manigat ne s'assoient pas pour sortir de la crise ?
- T'es certain que tu n'abuses pas de l'espresso !?
- C'est simple, c'est toi-même qui m'a raconté que l'histoire politique de ton pays était un fiasco parce que tous les présidents n'avaient jamais réussi à sortir de la division. Que vos 150 partis, c'est le résultat de l'individualisme ambiant qui pourrit votre espace politique. Imagine, lui est capable de mobiliser les foules alors qu'il n'a aucune compétence ni aucun programme, elle a l'expérience et l'expertise. Elle conserve la présidence et lui assure le poste de Premier Ministre. Dans cinq ans il devient Président. Martelly fait campagne auprès de Manigat pour le deuxième tour. À deux, Célestin fait strictement acte de présence et ils s'en sortent avec un appui massif. Les conditions essentielles pour lancer le fameux 'changement' auquel le couple fait constamment référence. Ils ont une belle occasion de montrer concrètement qu'ils sont près à faire la politique haïtienne autrement, pour mettre en oeuvre ce changement.
- Vraiment, les vacances ne te font pas !!! Je ne pense pas que la culture politique permette ce genre de manoeuvre.
- La culture, c'est justement faite pour changer.
- Tu règles comment le problème 'CEP' ?
- En fait, une telle stratégie a pour effet de débloquer la situation actuelle. On se lance tout de suite dans le deuxième tour. Le défi du prochain tour est de contrôler le CEP. Premièrement, tu mobilises la population pour sortir l'Inite, Préval et son futur gendre. Plus le taux de participation est élevé, moins les risques de fraudes sont grands. Deuxièmement, tu profites du ras-le-bol de la communauté internationale pour en les invitant à s'impliquer davantage dans la mécanique de l'affaire. les chances de sortir plus solidement d'un deuxième tour sont grandes.
- Et l'Inite ?
- Pa gen pwoblem… C'est un parti que Préval a créé il n'y a pas deux ans en achetant tout le monde selon les rumeurs. Devant une déconfiture générale pour leur candidat à la présidence et certains postes pour des sénateurs et des députés, Manigat et Martelly peuvent induire les rapports de force nécessaires au ralliement.
- Les 12 autres partis qui demandent l'annulation des élections ?
- Face au raz-de-marée Manigat-Martelly, tout le monde jouerait low profile.
- Ça ne marche pas ton affaire !
- Pourquoi ?
- Parce que c'est trop simple, trop clair ou trop évident. T'a pas encore compris la complexité de la réalité culturelle et politique haïtienne, il ne faut pas que les choses se passent bien, simplement. Rien ne doit être comme un long fleuve tranquille.
- Je ne dis pas que ce sera simple, mais c'est le genre de mariage de raison qui pourrait permettre de sortir du gouffre actuel et, on ne sait jamais, relancer le pays sur de nouvelles bases politiques.
- Je ne sais plus si c'est que tu ne comprends pas, ou si t'es simplement naïf.
- J'avoue que je préfère naïf...

1 commentaire:

Marico a dit…

Ta naïveté s'appelle "du gros bon sens"! Ce qui m'inquiète le plus dans ta suggestion, c'est qu'elle implique de faire passer l'intérêt du peuple haïtien au-dessus de leurs intérêts propres... Dur, dur de renoncer au Pouvoir, celui qu'on ne partage avec personne.
Rappelle-toi la tentative de coalition au fédéral!
Ce serait vraiment une super manière d'innover et de régler un certain nombre de problèmes.