samedi 16 avril 2011

Lettre à Wajdi


Dans le Devoir de ce matin, Wajdi Mouawad s'exprime(le lien). Il dit en fait que le symbole a triomphé dela justice et que dans ce débat moral entre le symbole et la justice, il avait choisi de se taire.

Vous avez choisi de vous taire alors que le choix devait se faire entre le symbole et la justice. Peut-être que si vous aviez choisi de parler, de donner le sens de la présence de Cantat sur cette scène, la dimension symbolique de son crime se serait métamorphoser de manière à mieux servir la justice, à pousser plus de gens à choisir la justice. Dans cette histoire, je vous avais choisi. Une confiance aveugle à celui qui anime le théâtre d'une manière telle qu'intelligence et sensibilité se marient au profit du meilleur, du mieux. J'avais donc décrété que 'si Wajdi a fait ce choix', c'est qu'il avait une idée en tête, que Cantat portait un propos qui illuminerait le symbole. J'avais écrit sur ce blogue 'What does Wajdi Want ?' en espérant que vous vous ne taisiez pas, que vous défendiez votre choix artistique. Je continue de croire que si vous aviez choisi de parler, vous auriez fait triompher la justice. Que votre théâtre continue de nous chavirer, la justice en a besoin.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Il n'avait pas besoin de parler: on avait deviné son propos. Et il a bien fait de laisser la masse d'ahuris donner le spectacle son imbécilité. On ne parle pas à ces gens-là.

Marico a dit…

Je crois aussi qu'il a bien fait de se taire et d'attendre que l'essoufflement fasse son oeuvre! À en juger par l'effrayante et aveugle réaction à chaud de bien des gens (qui l'eussent volontiers lyncher (j'exagère à peine) en même temps que Cantat), il a vraiment bien fait d'attendre que le temps fasse son oeuvre.
Sa lettre à Aimée dans le Devoir de ce samedi est celle d'un homme dont la grandeur dépasse celle de son oeuvre écrite et théâtrale.
Je vais lire les oeuvres de Sophocle et j'irai au TNM aussi.