vendredi 5 février 2010

Le tremblement de terre était anticonstitutionnel


À la radio aujourd’hui, nos gérants d’estrade de la vie politique débattaient du respect de la constitution dans le contexte de l’aide offerte par la communauté internationale. Le rôle joué par les Nations Unies et ses agences est entre autres fortement remis en question. Seul le gouvernement ayisien a l’autorité constitutionnelle de gérer l’aide et surtout, d’assurer la reconstruction du pays. C’est écrit dans la constitution, point barre ! Parce que la vie est simple comme la constitution haïtienne (298 articles en plus des sous articles), on se doit de respecter les institutions démocratiques. En fait, dans la mesure où le tremblement de terre n’est pas prévu dans la constitution, les suites politiques que l’on connait actuellement (prise de contrôle des américains entre autres) sont complètement caduques. C’est le genre de débat de vierge offensée un peu démagogue que nous offrent bien des haïtiens, ceux qui ne dorment pas dans la rue bien évidement. En fait, cette constitution, comme la liberté acquise en 1804 (premier peuple à se libérer politiquement du colonisateur, presque 150 ans avant les autres), demeure théorique. Ici, on vit politiquement et on parle de politique surtout dans la théorie. Un parlement, un gouvernement, un sénat, un président, un système de justice, ... Tout ce qui constitutionnellement est nécessaire pour la vie d’un peuple. Pour sa survie, peut-être faudra-t-il s’activer autour de quelque chose de moins constitutionnel.

3 commentaires:

Marico a dit…

"Nous devons éviter de mal placer notre orgueil national. Nous avons besoin d'une gouvernance extérieur pour sortir de notre surplace existentiel" René Depestre

Reste à espérer que ce poète haïtien qui en a vu de toutes les couleurs soit écouté, que les vierges offensées réfléchissent ou se taisent, et que le bien des haïtiens touchés par le sinistre passe en premier!

katia a dit…

Admirable post ! Bien vu tout cela ! Boudiou ça me réconcilie avec l'humain, que j'aime pourtant tant, mais dont les limites me sont parfois insupportables ! Enfin... chacun à sa place on peut faire comme son "examen de conscience", et chercher à comprendre, à analyser en cherchant le point de vue adéquat ! Merci pour ce journal de bord qui nous maintient en lien avec vous tous, Ayitiens de tous bords !

Xenos a dit…

Jean François Labadie, j'aime vous lire. C'est ici que j'ai mieux compris les nouvelles d'Haïti. Je ne connais pas la complexité historique et politique du pays. J'ai habité 15ans à Mtl nord avec des aysiens. Leur parole une musique. Leur geste une danse. Leur chaleur humaine un vertige. Voilà ce que j'ai compris.
Ce que je souhaite pour eux c'est une révolution tranquille. Après l'indépendance, la renaissance.

Merci pour tous ces propos et ce voyage que vous me faites faire dans ce pays que je n'ai jamais visité.
La résistance, aysiens, voilà peut être pourquoi les québéquois vous aiment tellement.