dimanche 28 novembre 2010

Soirée de première


Première tristesse. J'avoue, la première vraie tristesse de ce périple ayisien. La tristesse et la colère étant de proche parentes … Bagay la avec ces centaines de milliers de vies brisées est pour toujours une tristesse sans nom dans mon petit sac-à-dos, celui que je porterai toute ma vie. Une tristesse où l'espoir avait toujours réussi à se pointer le bout du nez. Une tristesse où il y avait toujours la vie. Ce soir, c'est le désert. Les histoires de magouilles se comptent par centaines alors que le CEP continue de nous dire que ces centaines de magouilles doivent êtres mises dans la même équation que les milliers de déroulement normaux. Mathématiquement, on suit. Politiquement ou socialement maintenant … Douze candidats réunis pour demander le report des élections supposément maquillées par l'Inite. Les rues sont pleines de moun en colère, ou payés pour l'être. Tout le monde demande le départ de Préval. Le demandera demain et après-demain… Un tremblement de terre politique dont les secousses vont continuer de nous hanter pour des mois. Des mois d'actions politiques qui continueront de moisir les conditions de vie de 9 millions de personnes. Et il y a cette Minustah qui nous avait annoncé que tout est en place et allait se dérouler dans le calme, correctement. Ayiti n'avait jamais été aussi bien préparée. Wow ! Des organisations internationales déjà éclopées qui continueront d'avoir pour les prochains mois des partenaires de danse désarticulés. Je suis en colère pour tous ces ayisien qui se sont fait noircir le pouce malgré la peur. Peut-être pour rien… Je suis en colère contre tout ce désespoir, désespéré de toute cette colère.

4 commentaires:

Marie et Philippe a dit…

Je suis vraiment très triste pour HAITI et ce peuple qui me mérite pas cela.
Cette pauvreté, cette misère ils la connaissent depuis des années et depuis janvier 2010 c'est encore pire et rien ne bouge, un gouvernement absent et maintenant cette élection qui aboutira quand ? et avec qui à la tête du pays qui nous a donné la chance d'être parents, d'pays où nous avons passé une semaine en 2009 et 5 semaines en 2010, ce pays qui nous a donné une magnifique petite fille... ce pays où tant de personnes souffrent.

Courage et prudence Jean-François et Joe, ainsi qu'à toi Herman

Anonyme a dit…

Ce matin je pleure. Je pleure pour tous ces gens parti en janvier pour aider et qui n'était à HAITI que depuis deux heures ces gens qui n'ont pas eu le temps de faire ce pourquoi ils étaient partis. Pour les familles et les amis qui se consolaient en disant que ce qui était arrivé était tellememt gros que ça allait changer les choses et que ces gens ne seraient pas mort en vain. Je pleure plus qu'en janvier dernier et je vais pleurer longtemps car je ne pourrai jamais oublier tous les haitiens et l'impression d'impuissance que me donne ce pays.

Monique

Marico a dit…

Je suis en colère aussi. Je ne comprends pas qu'on puisse colmater des puits de pétrole, propulser des navettes et des cosmonautes en l'air, etc.... non, je ne comprends pas qu'on puisse accomplir tant de choses difficiles pour du cash, et si peu quand il s'agit de survie et de dignité humaine.
Qu'on ne me dise pas que NOUS manquons de générosité! Les citoyens respectent leurs engagements eux, leurs gouvernements infiniment moins!

Anonyme a dit…

Jeff!
pareils sentiments ! en colère, triste mais aussi écoeurée! pas envie de commenter plus les infos ! quel début de semaine pour Ayiti ! Qui est capable de dire "stop" à tout ce bordel si ce n'est le peuple !Mais avec quelles voix ? Quel pouvoir ? Stratégies et manipulations ... On fait quoi? ON arrête de perfuser ou on met Haiti sous contrôle des Nations Unies ! dans le fond même, mem bagay! ILs font quoi tous ces 11000 personnes sur le sol+ Observateurs internationaux depuis des mois pour préparer des élections? Notre ambassadeur français est redescendu à l'échelle à 0 de mon estime : annoncer sur france info qu'il n a pas vu aucune fraude ds les bureaux de vote relève d'une com et d'une diplomatie douteuse
MBSH en colère