dimanche 16 janvier 2011

Le retour de Baby Doc


Au stade Sylvio Cator aujourd’hui, 600 jeunes des camps faisaient un spectacles pour 12 000 autres jeunes des camps assis dans les estrades. À la fin du spectacle, j’ai entendu la rumeur. De retour à la maison, je comprends que la rumeur est juste, Baby Doc est de retour... Il fait une conférence de presse demain, question de voler la vedette à Préval/CEP qui devait donner les résultats définitifs du premier tour. Les gens à qui je parle s'arrache la tête d'incrédulité. C'est quoi cette farce ? Dans quel cirque sommes-nous coincés ? Qui est le clown ? Quel ingrédient vient-il lancer dans la soupe politique qui déjà commençait à sentir mauvais ? On souhaite qu’il est de passage pour voir une vieille tante malade. Peut-être une 'tente' malade ... Vraiment, même Fabienne Larouche n'arrive pas à faire des scénarios aussi abominables.

1 commentaire:

tatottideportauprince a dit…

Ce matin en voiture, en écoutant la radio, je me suis pincée.
Je me suis regardée dans le retro pour constater que je n'étais plus la jeune fille de 16-17 ans qui écoutait avec joie, et inquiétude pour les amis restés sur place, l'annonce du départ d'un dictateur détesté,... mais bien une femme d'un certain âge.
Donc je ne cauchemardais pas et j'avais bien vielli.
Alors que ce passait-t-il ? Monde parrallèle ?

Mais au fait quel est le % d'haïtiens qui ont soufferts dans leurs corps de cette dictature ? Combien en reste-t-il ? Le peuple haïtien est si jeune, l'espérance de vie si courte !
Combien sont-il exactement aujourd'hui à émettre l'idée que finalement sous Papa Doc, j'ai bien dis Papa, ce n'était pas si mal ?
"Oui oui il était dur... oui mais à l'époque les rues étaient propres, tout fonctionnait mieux, les enfants allaient à l'école GRATUITE,... on n'était pas le pays le plus pauvre du monde ! On était fier !"
Tous les haïtiens avec qui j'ai parlé, pense plus ou moins cela... juste avant l'idée omniprésente de quitter le pays.
Comment ramener la raison aujourd'hui dans un tel désordre ? Comment la communauté internationale, qui intervient officiellement depuis février 2004, peut encore avoir de la crédibilité ?
6 ans bientôt et comment faire croire que la situation s'est améliorée... avec ou sans bagay ?
A tous ceux qui pensent que finalement c'était pas si mal, je les renvois à la lecture de l'immense Dany Lafferrière... Du cris des oiseaux fous, Au pays des sans Chapeau... on imagine l'oppression et le désespoir vécu par la population haïtienne durant cette période qui n'a été que le nid douillet de ce désordre inommable auquel on assiste aujourd'hui.
Plus que jamais ce peuple ami a besoin de toutes les bonnes volontés pour garder les yeux ouverts et la lumière de la vérité.
Jean-François vous êtes une de ces volontés. Gardez l'espoir et votre déterminisme. Ce sont les seules armes contre l'oubli.
tatottideportauprince